Usage
  • 23 views
  • 18 downloads

Beaux temps dans l’Ouest : Étude sociolinguistique de la morphosyntaxe du français albertain

  • Time(s) to Shine : A Sociolinguistic Study of Alberta French Morphosyntax

  • Author / Creator
    Rosychuk, David
  • La légitimité de la francophonie hors Québec est souvent remise en question. Pourtant, peu d'études existent sur le français de l'Ouest canadien (surtout en morphosyntaxe, voir p. ex Hallion Bres 2006). Trop peu est donc connu sur le parler des francophones de l’Ouest (et par extension, sur la variation/le changement linguistique dans l’Ouest); un gros travail de description linguistique reste à faire. Afin de combler cette lacune, j'étudie trois variables morphosyntaxiques à deux régions d’une province de l’Ouest : l’Alberta. Plus précisément, j’examine les régions albertaines ayant les plus grandes concentrations de francophones : Falher (localité majoritaire) et Bonnyville (localité minoritaire) dans un cadre théorique de sociolinguistique variationniste. À l’aide d’entrevues des années 1970 (voir Béniak, Carey et Mougeon 1984) et 2000, je réponds aux questions suivantes : 1) Les Franco-Albertain.e.s emploient-ils plutôt des formes dites plus soutenues ou des formes dites vernaculaires ? 2) Existe-t-il des différences entre le français en région majoritaire et minoritaire au Canada (à l’échelle nationale et locale) ? 3) Pour mes variables dépendantes, un changement linguistique a-t-il eu lieu entre les années 1970 et 2000 ? Si oui, le changement semble-t-il se passer de la même façon que dans l’Est ? Mes résultats soulèvent de fortes similarités entre le français albertain et les français laurentiens de l’Est canadien : l’emploi des auxiliaires évolue de la même façon dans le Nord albertain qu’au Québec et qu’en Ontario, les présentatifs s’emploient largement de la même façon dans l’Ouest et dans l’Est et les contraintes pour les auxiliaires et pour la référence temporelle au futur sont largement les mêmes. Cependant, il existe des différences entre les communautés francophones de l’Alberta pour l’alternance des auxiliaires et pour les présentatifs et aussi des différences entre le français albertain et les autres variétés laurentiennes pour la référence temporelle au futur. Les participant.e.s de la région minoritaire emploient davantage les formes dites soutenues, comme est souvent le cas en Ontario (voir p. ex Grimm et Nadasdi 2011). La référence temporelle au futur est stratifiée par le sexe, possiblement en raison de l’environnement conservateur de l’Alberta et cette variable ne semble pas être en cours d’évolution en Alberta. Sur ce point, nous ne pouvons pas dire qu’il y a une influence de l’anglais sur la référence temporelle au futur. Cette étude contribue à la théorie linguistique sur la morphosyntaxe. Elle contribue également aux connaissances du changement diachronique du français en milieu minoritaire et de la sociolinguistique.

  • Subjects / Keywords
  • Graduation date
    Fall 2021
  • Type of Item
    Thesis
  • Degree
    Master of Arts
  • DOI
    https://doi.org/10.7939/r3-hat8-6910
  • License
    This thesis is made available by the University of Alberta Libraries with permission of the copyright owner solely for non-commercial purposes. This thesis, or any portion thereof, may not otherwise be copied or reproduced without the written consent of the copyright owner, except to the extent permitted by Canadian copyright law.